Home

Quand on connaît la triste nouvelle qui accompagne l’album, on peut peut être ainsi mieux le comprendre. Le 20 septembre dernier, un communiqué du label Kill The DJ nous confirme que Joel Dever, moitié de la formation londonienne Battant, s’est donné la mort à l’âge de 25 ans. As I Ride With No Horse sorti quelques jours plus tard nous permet ainsi de faire un étrange parallèle entre le changement d’état des compositions groupe – passées de tubes post-punk/cold wave à des titres plus variés – et de son multi-instrumentiste – passé, lui, de la vie à la mort.

Car si la sortie de ce second album peut faire apparaître un avenir flou pour ces britanniques, il marque aussi une certaine évolution.

Battant revient plus rock, plus live aussi et beaucoup plus détaché de ses influences post-punk. Celui-ci a troqué sa 909 pour une batterie et a ajouté d’autres instruments (flûte, piano ou encore hautbois) à ses compositions plus abouties. Le départ du guitariste Tim Fairplay aurait peut être également calmé l’orchestration mettant de côté les percutants (entêtants ?) « Human Rug » ou « The Lurker » de l’album No Head.

Une ouverture vers un jeu beaucoup plus « humain » et donc beaucoup plus vivant tranchant paradoxalement avec la volonté de son chef d’orchestre d’en finir avec la vie.

Le groupe s’est laissé aussi porter par d’autres influences comme sur « Farmer’s Ode To Wife », la ballade « Scarlet » ou encore le mélancolique « Fossil Fuel » rythmant à merveille ces onze titres. Le tout est interprété avec classe et sobriété par une Chloé Raumet toujours aussi élégante et donnant un rendu probablement moins monotone que sur le précédent opus.

Une nouveauté par rapport au côté « unis » que pouvait avoir No Head : les sources d’inspirations ont été beaucoup plus étendues sur As I Ride With No Horse tout en gardant une certaine efficacité. Sans se laisser aller à une sémiologie de bas étage, on pourra quand même noter les trajectoires opposés qu’ont empruntées Battant et Joel Dever. L’un allant vers un aspect plus humain, l’autre allant petit à petit vers sa mort. L’un décidant de se nourrir d’influences encore plus variées, l’autre optant pour l’isolation définitive.

Cette triste nouvelle permet peut être de mieux comprendre ces onze titres, leur motivation à posteriori mais aussi la discographie de ce groupe talentueux et la trajectoire artistique choisie. Un album sonnant comme un renouveau mais aussi comme une mort.

A écouter aussi : Battant – No Head (2009, Kill The DJ)

Site de Battant

Kill The DJ

Publicités

Une réflexion sur “Battant – As I Ride With No Horse (Kill The DJ)

  1. Pingback: Les chansons du dimanche #8 « Music Is What We Share

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s